Mis à jour le 23 mars 2018

Dans la boutique Wolfers comme si vous y étiez en… 1912 !

Partager sur

Nous sommes en 1912. Albert Ier est Roi des Belges depuis 3 ans. La Belgique est la troisième puissance industrielle du… monde ! L’architecte Victor Horta bâtit les plus beaux hôtels de maître de la capitale. En matière de bijouterie, les frères Wolfers jouissent d’une réputation internationale…

wolfersUNEok

Imaginez-vous plus d’un siècle en arrière…

Le 4 novembre de cette année-là, le nouvel immeuble de la célèbre joaillerie est inauguré, à deux pas de la Galerie du Roi, dans la rue d’Arenberg. Victor Horta a réalisé le bâtiment et le mobilier dans le plus pur style Art Nouveau. 105 ans plus tard, vous pouvez redécouvrir, au Musée du Cinquantenaire, à Bruxelles, ce fabuleux magasin dans son état d’origine. Un voyage dans le temps à ne rater sous aucun prétexte…

C’est en 1886, à Bruxelles, que s’ouvre le premier magasin Wolfers, très précisément dans la Galerie de la Reine. L’entreprise s’installe ensuite au coin de la rue Loxum et de la rue de la Montagne, près de la cathédrale Saint Michel. Mais elle est assez rapidement expropriée à cause de la future jonction ferroviaire entre la Gare du Nord et celle du Midi. Contrainte de déménager, la société achète un terrain situé à la rue d’Arenberg (dans le prolongement de la rue Loxum). En 1909, elle fait appel au plus grand architecte de l’époque, Victor Horta en l’occurrence, pour concevoir l’immeuble et son mobilier. Le nouvel espace est inauguré en 1912. Il sera utilisé jusqu’en 1973. Le mobilier sera alors démantelé et transféré au Musée du Cinquantenaire.

Plus d’un siècle après son inauguration, le magasin peut à nouveau être visité dans sa configuration originale au Musée du Cinquantenaire. A la suite de longues recherches historiques, les vitrines et les comptoirs ont été réinstallés, suivant les plans de base, dans une salle du musée à la surface et à la forme identiques. La magie de Victor Horta et de Philippe Wolfers opère à nouveau. Vous avez jusqu’au 31 décembre pour vous replonger dans ce joyau de la Belle Epoque…

Toutes les infos ici.

Par Paul Grosjean

Laisser un commentaire