Publié le 9 août 2018

La nouvelle génération aux commandes du tennis mondial ?

Partager sur
©ATP

Shapovalov, Félix Auger-Aliassime, Alex De Minaur, Stéphanois Tsitsipas, Frances Tiafoe ou encore Andrey Rublev : ils ont tous 20 ans ou moins et semblent promis à un avenir tennistique brillant.

Nadal, Federer, Djokovic : l’après « big three » risque de faire très mal au tennis mondial durant les prochaines années.

Ces seuls trois joueurs se partagent en effet depuis 2006 43 des 51 tournois du Grand Chelem disputés. C’est absolument colossal, et seules quelques miettes sont laissées à simplement quatre autres joueurs :

Andy Murray (3 victoires), Stan Wawrinka (3 victoires), Marin Cilic (1 victoire) et Juan Martin Del Potro (1 victoire).

Il est donc logique de s’inquiéter de la retraite de joueurs nous ayant tant fait rêver ces dernières années. Rafael Nadal, bien que toujours aussi dominateur sur terre battue, ne devrait pas pouvoir être aussi endurant que Federer au vu de l’engagement physique monstrueux déployé depuis sa jeunesse. Le Maestro est lui obligé d’être dans l’économie et de sélectionner scrupuleusement les tournois auxquels il souhaite participer depuis maintenant deux ans.  Concernant Novak Djokovic, sa victoire sensationnelle à Wimbledon cette année laisse espérer un retour aux affaires de l’ancien numéro 1 mondial, mais pour combien de temps ?

En conséquence, le niveau de jeu des futures pépites du tennis mondial est minutieusement analysé. A ce petit jeu, les canadiens Denis Shapovalov et Félix Auger-Alliassime semblent les plus prometteurs et transpirent le talent. Avec un tennis très élégant, ils sont la quintessence de ce qu’un spectateur a envie de retrouver sur un court.

Seulement voilà, le tennis est un sport qui ne pardonne pas et il est terriblement compliquer d’arriver en haut de l’affiche, et même pire, de s’y maintenir. Ce qui permet par ailleurs de constater un peu plus à quel point des joueurs comme Nadal ou Federer sont des génies de ce sport qui ne seront probablement jamais égalés.

Des joueurs comme Dimitrov, Raonic ou encore Goffin (tous 27 ans) étaient considérés comme des cracks d’exceptions il y a de cela 5 ou 6 ans. Il est malheureux de constater aujourd’hui que malgré leur talent évident, aucun n’est parvenu à inquiéter dans un tournoi majeur l’un des patrons du circuit.

Exemple plus flagrant encore, la carrière de Richard Gasquet, le Mozart du tennis comme certains osent encore l’appeler, n’a été que déception sur déception. Celui qui écrasait chacun de ses adversaires en junior n’a pas su reproduire la chose dans le monde professionnel, avec uniquement des victoires en ATP250 : des poussières au vu du talent du joueur.

En revanche, la retraite des top players dans les prochaines années devrait offrir aux jeunes la possibilité de briller plus facilement. Avec des tournois plus ouverts, il sera plus facile pour les pépites actuelles d’espérer une victoire majeure lorsque les icônes mondiales seront au repos. Si ces dernières années, Dimitrov et  d’autres n’ont rien gagné, ce n’est pas nécessairement parce qu’ils étaient mauvais, mais simplement parce que les extraterrestres actuels n’ont rien laissé du gâteau.

De ce fait, il est envisageable d’espérer des coups d’éclats en Grand Chelem des jeunes prometteurs dans les deux prochaines années, d’autant que des joueurs comme Thiem ou Zverev sont loin d’être impériaux dans les tournois majeurs, et ne semblent pas tant bénéficier que cela de leurs quelques années d’expérience en plus.

L’avenir nous le dira, mais une chose est certaine : la petite balle jaune continuera de tournoyer, même sans ses esthètes.

©ATP

Par Julien Guérin

Laisser un commentaire