Publié le 9 novembre 2018

C’était au temps où les Brugmann dessinaient Bruxelles…

Partager sur

A l’occasion de son 125ème anniversaire, le Royal Léopold Club publie, sous la signature de Philippe Humblet, un opus intitulé « Royal Léopold Club, 125 ans d’histoire ». Cet excellent ouvrage présente les grands moments du célèbre cercle ucclois, depuis 1893 jusqu’à nos jours. Ces péripéties mettent évidemment en lumière les personnalités qui ont forgé le club. C’est ainsi qu’on découvre le rôle déterminant joué par la famille Brugmann en faveur, non seulement du Léo, mais aussi d’Uccle et d’autres communes…

Georges Brugmann, né le 18 octobre 1829 à Verviers, se distingua dans de multiples domaines grâce à son éclectisme et à sa fortune. Dès 1875, il entreprit le développement urbanistique d’Uccle. Il traça les avenues Brugmann, Longchamp (aujourd’hui Churchill) et Belle-Vue (aujourd’hui de Messidor) qui longeait à l’époque la propriété familiale, son parc et son château (qui sera rasé en 1962). En 1896, il mit à disposition du Léopold Club son premier terrain, situé à la plaine Tenbosch. Il mourut le 22 novembre 1900. Son frère Alfred (baronifié en 1912) contribua, en exécutant son testament, à la création de l’Hôpital Brugmann.

Frédéric Brugmann de Walzin, neveu de Georges, fut son principal héritier. C’est lui qui amena en 1901 le Léopold Club, obligé de quitter la plaine Tenbosch, dans le Parc Brugmann (qui est son actuel emplacement). Il fut nommé Président d’Honneur du Léo en 1938. Malgré cette marque de respect, il notifia pendant la guerre au club qu’il n’allait pas renouveler son bail, menaçant son existence-même. En 1945, après sa mort, ses trois filles, Marguerite, Denise et Mireille, maintinrent cette obligation de déménagement. Pour pouvoir rester sur leur site adoré, les dirigeants négocièrent alors le rachat du terrain. Finalement, le 17 juin 1952, les représentants de la famille Brugmann cédèrent à la SA Royal Léopold Club 5,27 hectares de leurs terres uccloises. Le Léo était sauvé et les Brugmann pouvaient entamer le lotissement du parc éponyme…

Laisser un commentaire