Mis à jour le 19 décembre 2018

Les 5 défis de Philippe Close

Partager sur

 

Le 14 octobre 2018, Philippe Close, 47 ans, a été réélu triomphalement à la Ville de Bruxelles. Il a fait 8.501 voix de préférence alors que Freddy Thielemans, considéré comme une machine à voix, n’en avait fait “que” 6.391 en 2012. Fort de ce succès, le leader socialiste a noué un accord en vue de mettre sur pied une nouvelle majorité : PS+Ecolo-Goen+Défi+Change.Brussels. Le programme est résolument vert et rouge. La démarche est intéressante car elle va nous permettre de vérifier la compatibilité des visions écolo et socialiste au niveau local. Bref, les défis sont à la hauteur des ambitions affichées par les deux partis.

Philippe Close a parfaitement compris qu’il fallait convaincre sur un projet. Bruxelles n’est pas une ville comme les autres. Le but est d’aller vers une ville internationale où il fait bon vivre. A Bruxelles, il y a 100.000 personnes qui dirigent l’Europe ou le monde et qui adorent y habiter. Hélas, tous les Bruxellois ne partagent pas cet avis. Il s’agit d’améliorer la perception.

Le premier défi auquel la majorité sera confrontée est la mobilité. Priorité aux piétons, puis aux cyclistes, puis aux transports publics et,enfin, à la voiture. On verra si les usagers de la ville acceptent cette hiérarchie. A partir de là, se pose le deuxième challenge, à savoir celui de la participation. C’est compliqué vu qu’il y a des frustrations de tous les côtés, qu’il s’agisse des autorités, des entreprises, des citoyens. Le troisième enjeu majeur sera le Heysel. Philippe Close a obtenu qu’on ne touche pas au projet Neo. Par contre, pour le stade national, c’est la fin des illusions de Ghelamco. En tout cas, Ecolo sera très attentif à l’évolution de la situation. Quatrième résolution importante : c’est la construction de nouvelles écoles. On verra si les budgets nécessaires seront réunis. Enfin, point n’est besoin de rappeler que la gouvernance sera sous haute surveillance. En résumé, cela fait beaucoup de pain sur la planche… à savon ! Philippe Close a l’habitude…

Laisser un commentaire