Mis à jour le 12 février 2019

La nouvelle série Netflix avec zéro tabou

Partager sur

Préparez-vous à une explosion de paillettes, de battles de danse, et de tolérance. Pose, la nouvelle série de Ryan Murphy, est aussi spectaculaire qu’engagée…

POSE nous fait découvrir la vie des LGTBQ du Manhattan des années 80.

Une époque où le virus du sida, les conservateurs et leurs idées étriquées, ne rendent pas la vie facile à cette communauté. Malgré tout cela, la culture Queen underground essaie de se faire une place…

Dans la série, en plus de découvrir ce monde peu connu, on suit Damon, un jeune gay afro-américain doué en danse. Après avoir fait son coming out et s’être fait chasser de chez lui, il atterrit dans la grosse pomme.

Il va trouver refuge dans la « House » (leur famille de substitution) de Blanca, une femme transgenre, qui le prendra sous son aile comme son propre fils.

Elle va alors l’initier à un monde de fêtes et de paillettes : les balls. Dans ces soirées, les participants représentent des « House » et se défient sur des thèmes imposés qui imitent la vie et le style des « blancs ».

Le but ? S’affronter en dansant fièrement, c’est d’ailleurs là qu’est né le voguing, et gagner des trophées pour sa « House ».

En parallèle, POSE raconte aussi l’histoire d’un jeune mari et cadre blanc de la Trump Organization qui loue les services d’une prostituée transgenre… Il se découvre une nouvelle sexualité qui va à l’encontre de son monde préconçu.

Les fans de fringues des années 80 et de musique pop seront aux anges. Mais ce qu’on aime surtout, c’est la diversité représentée dans la série.

Un joli casting de stars issues de la communauté LGBTQ. Elles sont plus de cinquante au total.

Le réalisateur d’American Horror Story nous a servi une série digne de ce nom qui nous met face à une réalité insoupçonnée. Racisme, sida, discrimination, prostitution, mais aussi tolérance, entraide, danse et amour sont au rendez-vous.

 

Par Riffont Natacha

Laisser un commentaire