Publié le 12 août 2019

Une exposition sur la vie d’Audrey Hepburn s’est installée à Bruxelles

Partager sur

Le 1er mai dernier s’est installée à Bruxelles l’exposition « Intimate Audrey », dédiée à l’actrice et icône de mode Audrey Hepburn, née à Ixelles voici 90 ans. Une vaste collection d’images et d’objets personnels, étalée sur plus de 800 m2, sous la direction de son fils, Sean Hepburn Ferrer. L’exposition prendra fin ce dimanche 25 août. Alors, ne tardez pas !

L’exposition « Intimate Audrey » a été conçue autour d’environ un millier de photos et des objets personnels rassemblés par l’un de ses deux fils, Sean Hepburn Ferrer, né en 1960 de sa relation avec l’acteur et producteur américain Mel Ferrer.

Au-delà de la star hollywoodienne à l’ascension fulgurante avec un Oscar à 25 ans à peine pour son rôle dans Vacances romaines, le parcours proposé s’attarde sur la femme, la mère et la travailleuse humanitaire qu’elle fut durant les cinq dernières années de sa vie (1988-93) comme ambassadrice de l’Unicef.

« Au fond on n’apprend rien de neuf, mais en arrivant au bout, on se dit que la gamine dont le monde est tombé amoureux s’est épanouie dans cette femme. On le voit, on le sent », souligne Sean Hepburn Ferrer à l’AFP, lors d’une visite à la veille de l’ouverture.

« Cette femme, qui était une icône du style, au fond, a vécu dans une petite robe de coton toute sa vie, une vie simple », ajoute-t-il en référence à la star souvent associée à la robe noire longue et sexy – création de Givenchy —, portée dans Diamants sur canapé.

Audrey Hepburn, de son vrai nom Audrey Ruston, est née le 4 mai 1929 dans la commune bruxelloise d’Ixelles, d’une mère néerlandaise et d’un père britannique qui travaillait alors pour la filiale belge de la Banque d’Angleterre.

Dans l’exposition aux quelque 800 photos, certaines inédites, des portraits en noir et blanc évoquent cette généalogie, la sévérité de l’aristocratie hollandaise, monde dans lequel elle a baigné enfant. Puis les premiers pas à Londres, où l’adolescente rêve de devenir danseuse de ballet.

Selon Sean, Audrey Hepburn devra y renoncer faute d’une condition physique appropriée, son développement musculaire ayant pâti des privations de la guerre, et le cinéma s’avère « un choix par défaut ».

L’exposition, non loin des galeries royales et de la Grand-Place, se tient jusqu’au 25 août. Ses bénéfices iront à la lutte contre les maladies rares et le cancer.

Une magnifique exposition rend hommage à cette icône Audrey Hepburn.

Plus d’informations sur www.arkadia.be

 

Par Riffont Natacha

Laisser un commentaire