Mis à jour le 13 mai 2019

Aux armes de Bruxelles : Le come-back bruxellois

Partager sur

L’îlot sacré retrouve enfin son institution gastronomique bruxelloise. Après quelques années difficiles, le restaurant « Aux Armes de Bruxelles » reprend du service pour le pus grands bonheurs des amateurs de la bonne et véritable gastronomie belge.

Repris depuis peu par Rudy Vanlancker (aux commandes de Chez Léon depuis 44 ans), cet établissement a été rénové de fond en comble.

L’ancienne cuisine a été rasée et restructurée afin de répondre aux exigences de la restauration contemporaine de haut niveau. La nouvelle équipe avec son nouveau Chef, redonnent à cette belle maison toutes les lettres de noblesse qui ont bâti sa réputation du temps où Bruxelles brussellait.

On y retrouve l’authenticité et l’âme chaleureuse « des Armes » qu’on a tant aimées. Nappes blanches en tissu ou encore brigade et chefs de rang habillés selon la tradition sont de mise dans la nouvelle histoire que réécrit ce restaurant emblématique. Après réfection, le bar est les différentes salles ont magnifiquement conservé le charme et l’élégance d’antan.

Pour le Chef Cédric Callenaere, ce poste représente un rêve qui devient réalité. Après un parcours prestigieux, il retrouve une maison qu’il avait l’habitude de fréquenter étant enfant avec ses parents.

Bien décidé à relever ce défi, celui-ci tient à rendre à cette institution bruxelloise la réputation qu’elle n’aurait jamais dû perdre. Tous les grands classiques de la cuisine belge et bruxelloise de brasserie y sont à la carte.

Pour le nouveau maitre de lieu, Monsieur Rudy, comme tout le monde l’appelle ici, le challenge est très simple : refaire des « Armes de Bruxelles » la plus belle brasserie du centre-ville !

Un pari d’ores et déjà réussi au vu des réactions dithyrambiques de la clientèle historique de ce lieu !
Plus d’informations sur cette institution Bruxelloise en surfant sur www.auxarmesdebruxelles.com.

Découvrez notre article sur une enseigne mythique de l’îlot Sacré appartenant à Rudy Vanlancker.

 

Par Riffont Natacha

Laisser un commentaire