Mis à jour le 5 juin 2019

1969, l’année Eddy Merckx

Partager sur

A l’occasion du Grand Départ du Tour, Bruxelles va fêter en grand pompe le 50ème anniversaire du premier maillot jaune d’Eddy Merckx. Mais il n’y a pas que ça. On oublie trop souvent que 1969 constitua aussi une rupture dans la carrière exceptionnelle du Bruxellois. Pour réparer cet oubli, Johny Vansevenant, vedette du journalisme politique et grand passionné de vélo, retrace tous les épisodes de « l’année Eddy Merckx » dans un remarquable opus paru aux éditions Racine. Avis aux nostalgiques de cette époque bénie !

N’en déplaise à Serge Gainsbourg, 1969 n’est pas l’année érotique mais bien l’année Eddy Merckx. Dans son livre, Johny Vansevenant nous propose un coup de rétro sur cette formidable saison cycliste 1969. En réalité, jamais un coureur n’a dominé une saison cycliste comme Eddy Merckx cette année-là. Parmi ses 42 victoires, en plus du Tour de France, citons Paris-Nice, Milan-San Remo, le Tour des Flandres et Liège-Bastogne-Liège. Mais 1969, c’est aussi deux moments très difficiles. Le Cannibale fut exclu du Giro après un contrôle antidopage plus que douteux. Et, à la fin de la saison, ce fut la terrible chute lors de la course derrière derny à Blois.

Au-delà des qualités extraordinaires de notre Edddy, on retiendra sa fantastique dimension humaine. Ce n’est pas par hasard si la salle gothique de l’Hôtel de Ville de Bruxelles était pleine à craquer lors de la présentation du bouquin aux journalistes et aux personnalités. Ses équipiers de la grande époque étaient présents. Mais il y avait aussi un grand nombre de leaders comme Philippe Close, Kris Peeters et Pieter Timmermans. Enfin et surtout, sa famille brillait par sa présence, de Claudine, la fidèle épouse à Luca Masso, le petit-fils champion olympique de hockey en passant par Sabrina, sa fille adorée qui nous confiait avoir un papa en or. Les Belges, quant à eux, ont un champion en or !

Laisser un commentaire