Mis à jour le 13 juin 2019

Comment capturer un orage ?

Partager sur

Les éclairs qui déchirent le ciel constituent un spectacle unique pour le photographe.Entre l’invasion des cumulonimbus et les cieux déchirés par les éclairs, l’orage est un incroyable spectacle naturel à fixer sur pellicule. Les spécialistes de la discipline délivrent des clichés d’une beauté sauvage à couper le souffle. À condition de disposer d’un reflex ou d’un compact « expert », photographier le phénomène vous-même est loin d’être une mission impossible.

Pour capturer ce magnifique spectacle, il vous faut appliquer une technique rigoureuse et particulière adoptée par les chasseurs d’orages.

À l’heure de vous frotter aux conditions extrêmes de l’orage, écartelé entre la luminosité soudaine et puissante des éclairs et l’obscurité générée par les nuages, il est indispensable de prendre totalement le contrôle sur les paramètres de votre appareil photo. Sur la molette de réglage, optez pour le mode M, pour manuel.

Cette configuration vous autorise à gérer librement la pose (le temps pendant lequel le diaphragme de l’objectif reste ouvert), l’ouverture (la quantité de lumière qui entre dans l’objectif) et la sensibilité du capteur.

Quelles que soient les conditions, votre appareil photographique se doit d’être aussi stable que possible, voire immobile dans un monde parfait.

Comme la pose (le temps d’ouverture du diaphragme de l’objectif) sera très longue, les mouvements et les vibrations seront sans pitié, en injectant du flou aux quatre coins de l’image. Oubliez définitivement la photo à main levée et optez pour un trépied robuste.

Sur votre appareil, il ne vous restera plus qu’à faire le réglage de la sensibilité (exprimé en ISO), car plus elle est faible, plus le capteur photographique a besoin de temps pour « imprimer » la lumière sur le cliché en construction.

Comme la pose (le temps d’ouverture du diaphragme) sera longue, il est nécessaire que la sensibilité soit basse afin d’hériter d’une image correctement exposée et pas « brûlée » par un excès de lumière. Si l’orage est lointain, les éclairs seront moins lumineux et un capteur réglé sur une sensibilité plus élevée sera nécessaire pour en capter efficacement la trace fugace.

C’est une évidence : il est impossible de déclencher brusquement lorsque vous sentez que les éclairs vont crucifier le ciel. Le phénomène est trop rapide, même pour les réflexes d’un photographe aguerri.

La seule solution est de déclencher en gardant le diaphragme ouvert pendant de longues secondes, en espérant que les éclairs se manifestent pendant cet intervalle.

L’éclair est un phénomène aussi lumineux que fugace qu’il est magnifique de capturer !

Découvrez les plus beaux panoramas de la planète en cliquant ici.

 

Par Riffont Natacha

Laisser un commentaire