Mis à jour le 19 septembre 2019

Les 10 anecdotes les plus folles sur Wimbledon

Partager sur

Aujourd’hui considéré comme l’un des plus grands et réputés tournois du monde, Wimbledon est connu pour son chic et son élégance sans pareil. Pourtant, avant que le tournoi ne devienne aussi strict, il a vu passer de sacrés phénomènes sur ses courts

Juste avant le tournoi de 1961, la joueuse Patricia Stewart se fait plaquer par son petit-ami. C’est lors qu’elle décide de jouer avec… son numéro de téléphone brodé sur sa jupe. La joueuse est photographiée de tous les côtés et l’Américaine se marie quelques jours après le tournoi avec John Edrich, joueur de cricket. Si ça peut donner des idées à certains, pourquoi pas !

Aujourd’hui, le prize money pour un perdant du premier tour est d’environ 35 000 euros. On imagine donc difficilement qu’un joueur puisse ne pas venir affronter son adversaire. Pourtant, en 1970, le joueur Nicola Pietrangeli a préféré déclarer forfait pour Wimbledon, où il devait affronter Dennis Ralston au premier tour. La raison ? Après avoir assisté à la victoire incroyable de la Squadra Azzura sur l’Allemagne en demi-finale du Mondial, l’Italien est resté à Mexico pour assister à la finale.

1973, l’année du « boycott ». 81 joueurs déclarent forfait pour soutenir Nikki Pilic, sanctionné par la Fédération internationale de Tennis pour avoir refusé de jouer la Coupe Davis. C’est la crise, on appelle tous les joueurs possibles et imaginables. Qui se trouve justement là pour affaire ? Nicola Pietrangeli, alors retraité. Il accepte de participer au tournoi (perdant évidemment au premier tour). De quoi rattraper son absence de 1970 !

Dorothy Cavis-Brown, arbitre émérite de Wimbledon depuis des lustres, a vu sa carrière prendre fin d’une drôle de façon en 1964. Alors que les joueurs Abe Segal et Clark Graebner disputaient leur match, Segal attendait que la juge de ligne annonce « out » la volée de Graebner. Il s’approche de la juge inanimée pour voir si elle n’était pas morte, et alors, surprise ! Madame s’était juste endormie sur sa chaise. Après cet incident largement relayé par la presse, elle fut bannie de la profession.

Trois semaines avant d’épouser le Prince Charles, Lady Di a quitté la loge royale en pleine demi-finale. Ce jour-là, le joueur John McEnroe en voulait à la terre entière ! C’est un total de 17 décisions arbitraires qu’il a contesté. A-t-elle quitté la loge en témoignage de son indignation ou pour une autre raison ? Personne ne le saura jamais.

Le Roumain Nicolae Mishu était bien connu pour son tempérament volcanique. En 1924, dégoûté par la réussite de son adversaire, il décide de quitter le court en plein milieu du troisième set. Tellement énervé, il en oublie même ses affaires au pied de la chaise d’arbitre. Il aura tout de même la délicatesse de s’excuser plus tard auprès de son adversaire.

Pour sa première participation en 1947, l’Autrichien Hans Redl, qui a perdu un bras à la guerre, est parvenu à passer trois tours du tournoi ! Une précision : son infirmité l’autorisait à frapper deux fois la balle avec la raquette au moment du service.

Il est bien connu qu’à Wimbledon, la tenue blanche est de rigueur. Des accessoires aux chaussettes, hors de question de jouer en couleur ! Hormis le choix de la couleur, le modèle de la tenue (tant que cela reste chic) est libre. En 1983, c’est donc en chemise et pantalon de flanelle que le joueur Trey Waltke s’est faits remarqué ! En réalité, Waltke cherchait simplement un nouvel équipementier.

En 1904, le tournoi en double a bien plus d’importance que celui en simple. En plus, il n’y a pas encore d’argent en jeu, le gagnant repart avec, tout au plus, une paire de pantoufles. Cette année-là, la finale a vu s’affronter Frank Riseley et Sydney Smith et s’est jouée… à pile ou face ! À deux sets partout, les joueurs ont préféré cette solution à celle de se fatiguer encore plus alors que la finale en double se disputait le lendemain.

1989, l’ado Michael Chang remporte Roland-Garros. John McEnroe promet de baisser son short sur le Center Court si le jeune remporte Wimbledon. Malheureusement (ou heureusement), l’ado est éliminé en huitième de finale face à Tim Mayotte. Les journaux britanniques ont ensuite présenté une photo montage de la star short baissé, barré de la mention « Ce à quoi vous avez échappé ! ».

Wimbledon a bien changé en 142 ans !

Revivez les temps forts de l’US Open 2019 en cliquant ici !

 

Par Aline Martin

Laisser un commentaire