Mis à jour le 31 octobre 2019

Art for cities ou quand le photographe rencontre le promoteur…

Partager sur

A l’initiative de la société immobilière Atenor, le photographe Benoît Feron a parcouru plusieurs villes européennes afin de capter le Street Art. Cette superbe exposition est à voir dans la galerie Arthus, dans le quartier Châtelain, jusqu’au 9 novembre. Après Bruxelles et dès 2020, Art for Cities fera le tour de l’Europe…

Stéphan Sonneville, patron d’Atenor, n’est pas un promoteur immobilier comme les autres. Il se compare volontiers à un artiste ou à un créateur. « Mon atelier, c’est la ville, affirme-t-il. Précisément, c’est au niveau du quartier qu’il faut travailler. C’est le bon module : c’est là qu’il y a une identité, une âme. En fait, le quartier permet de combiner l’intérêt général et l’intérêt particulier. En tout cas, c’est dans le quartier que j’aime composer. Et c’est dans le quartier que l’art urbain s’inscrit. Il est l’émanation du quartier ». Bref, notre promoteur considère qu’art urbain et développement urbain sont indissociables. « L’art urbain, conclut-il, c’est le développement urbain comme je l’envisage ».

L’art urbain est gratuit, collectif et passager. C’est une richesse créée par les citoyens au fil du temps. En transformant des endroits abandonnés en lieux de vie, ils font évoluer la cité, ils participent au recyclage de la ville et ils contribuent à la liberté d’expression. Il s’agissait donc d’immortaliser cet art éphémère. Telle était la mission (un peu paradoxale) que la société Atenor a confiée à Benoît Feron. Notre photographe a ainsi arpenté 8 villes européennes (Bruxelles, Luxembourg, Paris, Lisbonne, Dusseldorf, Varsovie, Budapest et Bucarest) à la recherche du Street Art. C’est au cœur de l’Europe, à Bruxelles, que vient d’être dévoilé le fruit de ses vagabondages. Cette expo Art for Cities est à découvrir rapidement, avant qu’elle n’émigre vers d’autres métropoles européennes…

Laisser un commentaire

Les commentaires sont fermés.